Lumière sur ... Karl Gaven-Venet

Karl est un réalisateur québécois qui participe à son tout premier KKIB. Il profite de sa chance de pouvoir venir à Bordeaux pour faire des films !

Qu'est ce que tu fais dans la vie ?

Je suis retourné aux études depuis pas longtemps. Je fais l’équivalent d’une licence, et ça s’appelle “Art numérique”.

Comment es-tu arrivé au KKIB ?

Je fais partie d’une cellule Kino Session au Québec, mais c’est un peu particulier parce que c'est un mélange entre littéraires, musiciens et cinéastes. L’année dernière, j’étudiais avec Anaïs Renac qui faisait partie de Kino Session Bordeaux. Et au début de l’été, j’ai rencontré Jean-Baptiste, Paul et Anaïs (trois autres membres de Kino Session Bordeaux) à Kinomada. Ils m’ont dit “Si t’arrives à trouver l’argent pour ton billet, on te fait une invitation au KKIB !” On était 4 de mon école à devoir venir, mais je suis finalement le seul à avoir pu trouver du temps et de l’argent. D'ailleurs je tiens à remercier l'université du Québec à Chicoutimi, le Mage-UQAC, le projet du milieu de l'UQAC et l'Asso Art grâce à qui j'ai pu venir.

Et depuis combien de temps es-tu dans le cinéma ?

Ça fait plus de 20 ans que je suis dans le cinéma. Jeune je faisais déjà des films, mais pas de façon professionnelle.

Peux-tu dire que tu gagnes ta vie grâce au cinéma ?

Si dire que c’est ta profession de faire des films, n’implique pas de réussir à vivre avec, alors oui ! Mais j’ai des contrats rémunérés de tournages de publicités, interviews et autres. J'essaie de vivre du cinéma, mais j’ai des diplômes dans l’informatique donc quand je n'arrive pas à manger, je fais de l’informatique ! Mon rêve c’est de ne faire que de la réalisation. La réalité m’amène à tout faire parce que t’as pas toujours un cadreur, un soundman, ou un directeur photo sous le bras ! 

Donc tu sais tout faire ??

Sauf la colorimétrie !!! (rires)

T’as fait d’autres Kino Kabarets dans le monde ?

J’ai fait 2 fois Kinomada, et au Québec il y a beaucoup de Kabarets, même dans les petites villes. Donc j’en ai fait quelques uns oui. J’ai même organisé un Kabaret à Baie-Saint-Paul avec des amis de Kino du Québec. C'est une ville de 7000 habitants, et on avait loué une auberge de jeunesse qui est dans la montagne. On a réussi à réunir du monde là-bas pour faire 72 heures de films.

Tu as beaucoup voyagé ?

J’ai plus voyagé pour présenter des films que pour les tourner… mais l’année dernière, j’étais à Casablanca pour projeter un film de cinéma expérimental que j’avais réalisé ! C’était une catastrophe ! Je n’ai jamais vu un festival aussi mauvais sur la technique… on entendait tout simplement pas le son de mon film ! Par contre, sur le plan humain, j’ai adoré aller à Casablanca, c’était une super expérience !!

C’est la première fois que tu viens en France ?

Non. Mes deux parents sont français et ont émigré avant ma naissance. Du coup j’ai beaucoup de famille en France, et j’en ai fait le tour quelques fois.

Pour combien de temps est-ce que tu es là ?

Je suis arrivé à la fin de la première session pour la projection, et je suis là pour 10 jours. Je repars le 8 Octobre. J’en profite pour me faire des petites vacances … car je monte voir ma cousine qui habite à Paris après. Le truc c’est qu’en ce moment, normalement je devrais être en cours. J’ai fait un arrangement avec mes profs pour partir, et la majorité étaient très ouverts ! Ils m‘encourageaient même ! Après, c’est sûr que je vais devoir travailler pour récupérer les cours que j’ai loupés !

Comment trouves-tu la France ?

J’étais venu à Bordeaux il y a au moins 10 ans pour plus d'un mois. Je n’étais jamais revenu depuis. Les français ont la réputation de ne pas être très accueillants, mais moi je n’ai jamais ressenti ça. Au contraire, à chaque fois que je suis venu, tout le monde m’a accueilli à bras ouverts, et j’ai toujours adoré mes expériences en France ! Cette semaine, j’ai un peu visité Bordeaux, sauf pendant les tournages. J’ai trouvé ça très beau. Il faut absolument que je retourne voir le Miroir d’eau. Il y a de beaux plans à faire pour un tournage !

Tu as fait quoi sur le Kabaret depuis que tu es arrivé ?

Pour la deuxième session, j’étais parti pour offrir mes services de techniciens en me disant “comme je suis en décalage horaire je vais me garder pour la 3ème session”, et en fait je me suis fait embarquer dans une co-réalisation avec Frank. J’ai pu y faire du cadre, de la direction photo et du montage.

Tu peux nous parler de ton film de la 2ème session ?

Le titre de mon film c’est "Mad Moiselle". On a mis en images un poème. L’idée c’est vraiment d’illustrer la fable, et toute l’ambiance reste très poétique, il n’y a pas de dialogues. Je suis généralement du style à ne jamais être content de ce que j’ai fait, parce que je vois toujours ce que j’aurais pû faire mieux, et pas forcément ce que j’ai fait de bien. Ça me force à m’améliorer la fois d’après ! Mais là je suis plutôt satisfait car j’ai fait des images dont je suis très fier. C’était pas du tout mon style de film habituel. Juste pour ça, je me réjouis d’être tombé dans quelque chose qui ne m’appartenait pas et d’avoir dû sortir de ma zone de confort.

Oh et puis j’ai rencontré un Suisse qui a fait ma colorimétrie, et c’était un réel plaisir de me dire “Oh mon dieu ! Il peut faire tout ça avec mes plans !!”

Mais alors c’est quoi ton style de films habituel ?

Je suis plus imaginaire / fantastique en général, avec une touche d’humour. Mais les kinos m’offrent la chance d’essayer d’autres styles ! J’aime beaucoup l’idée de ne pas rester pris dans mon habituel. Comme ça je peux me dire “lui, il a des idées que j’aurais jamais eues, mais que je vais récupérer !”

Qu’est-ce que tu penses de l’ambiance à la chapelle et de Kino en général ?

L’ambiance est vraiment géniale : tout s’est fait tout seul ! Les gens sont volontaires et c’est ce que j’aime. Je pense que l’âme de Kino, c’est le volontarisme, le goût de faire ensemble. Et si ça marche pas, c’est pas grave parce qu’on apprend des choses !

En plus, on a la chance d’être dans un lieu magnifique ! J’ai envie de vider toute la Chapelle pour tourner dedans ! Juste les plafonds … y’a vraiment un film à faire sur les plafonds de la Chapelle ! Au Québec, l’histoire a 350/400 ans maximum, donc on n’a pas de lieux aussi grandioses !

 DSC1097 2

Les dernières sessions

Kino Session #50Kino Session #49Kino Session #48